| ITA | ENG | FRA | DEU

de Mario Perrotta

le projet

2013 - 2015

l'artiste et les lieux | les spectacles | d'autres activités

Le projet est divisé en trois étapes et tourne autour de la figure d'Antonio Ligabue et sa relation avec les lieux qui ont marqué sa vie et sa création artistique: la Suisse, où il est né et a vécu jusqu'à dix-huit ans ; le territoire de Gualtieri (Reggio Emilia), sur les rives du Po et les berges de la même rivière, du côté de Mantoue et celui de Reggio Emilia, où il a réalisé la plupart de ses peintures et ses sculptures.

01_piazza_gualtieri

La place de Gualtieri m'a frappé pour ses lignes rationnelles et pour avoir été conçue par un célèbre architecte des Este à la fin de 1500 afin que chaque angle, chaque ligne des bâtiments et toute ombre portée par la tour de la place reflètent une sorte de cosmogonie urbaine. Mais cela ne saurait suffire.

La place de Gualtieri m'a frappé parce que son excès de rationalisme architectural est violé et rompu en 1900 par l' "irrationalité" d'Antonio Ligabue. Il profanait la perfection de cet endroit avec sa seule présence, évidemment imparfaite, de l'idiot du village, le visage tuméfié par les coups de pierre qu'il tout seul s'infligeait et les cris de colère et de douleur pour un mauvais commentaire sur un de ses cadres.

02_particolare_autoritratto_profilo

La place de Gualtieri et Gualtieri même m'ont frappé parce qu'ils n'apparaissent que très rarement dans les nombreuses cadres de Ligabue avec un fond urbain, parce que lui, "il Toni" - c'est ainsi que les habitants du pays l'appelaient - choisissait toujours un paysage suisse dans ses tableaux, le paysage mythique de l'enfance et d'un bonheur perdu.

03_paesaggio_svizzero

Pourtant, il y a un lieu autour de Gualtieri, presque au-dessus de Gualtieri, qui nous laisse comprendre pourquoi Toni, extradé forcement en Italie, a accepté de vivre dans ces endroits et d'y rester jusqu'à sa mort: la rivière Po et sa plaine d'inondation dans le territoire de Reggio et de Mantoue. Ici Ligabue pouvait se "séparer" du monde civilisé, se mettre au marge afin de rentrer dans son monde intérieur et avec une nature assez sauvage pour devenir le fond possible de ses félins à la chasse.

04_po

Et voici alors mon Ligabue, pas dans le centre du pays, mais toujours périphérique, toujours le long des berges, sur cette frontière naturelle du Po, une frontière toujours violée par Ligabue dans ses pérégrinations sauvages. Et le voilà, il est dans la campagne sans fin de la "Bassa", où la dureté de l'existence et les lois de la nature offraient assez de violence pour son imagination picturale.
Le voilà encore, il est craché dans la place par une inondation de la rivière et aspiré dans la végétation par un bas-fond.
Et le voilà ici, au moment qu'il devient mère-nature en mâchand l'argile du Po pour pétrir des corps et des visages en terrecuite. Le voilà enfin, il mélange des toits et des maisons suisses avec les fougères du Po et, au milieu, son visage, ses yeux obliques, qui sautent le rendez-vous avec nos yeux, et les dépassent.


De ces pensées et sentiments est né un fort besoin de parler de ce conflit entre trois éléments: l' Antonio Ligabue «suisse», son paysage intérieur et le pays de Gualtieri, sur les rives du Po. D'ici est née la nécessité de remettre au centre de mon attention l'être aux marges (après avoir soigneusement étudié cette question dans mon projet sur l'émigration italienne), pour enquêter sur la folie créatrice qui change les perspectives des choses et des lieux, de me concentrer à nouveau sur le mot «marge» et de ses implications. Utiliser le Po comme marge et Ligabue pour casser ce marge-là.

05_autoritratto_occhi


Étudier Ligabue signifie étudier la relation d'une communauté avec le "idiot du village", par tous craint et tenu à l'écart, mais cela signifie aussi accepter le bouleversement provoqué par un nouveau point de view, un point de view fou, qui met en péril les équilibres de celui qui observe, le forçant à se poser la question classique: Qui est le fou?

Enfin, et au-delà de toute considération rationnelle, je suis "obligé" de suivre une attraction personnelle, ancestrale, je dirais, pour l'animal Antonio Ligabue, pour cette zone bestiale et pure qu'il a si tenacement recherché dans son œuvre, en nous la donnant de nouveau avec une violence inégalée .

06_tigre_particolare